Skip to content Skip to footer

Jardin japonais de Monaco

Jardin japonais de Monaco

Avez-vous déjà vu un véritable jardin japonais ? Eh bien, j’ai eu la chance de voir celui de Monaco et j’ai été vraiment étonné moi aussi. Vous voulez goûter un peu à la culture japonaise ? Marcher sur ce terrain, c’est quitter le monde réel pour entrer dans un monde imaginaire. Vous vous retrouvez soudain dans un décor naturel japonais normal, comme ceux que vous voyez dans les merveilleuses peintures. Le seul point qui manque est la brume. Au contraire, la lumière du soleil méditerranéen révèle toutes les informations infimes dans une lumière chaude.

Qu’est-ce qu’un jardin Japonais ?

Avec les jardins japonais, ce que vous voyez n’est pas tout ; la surface des points est le simple reflet de la psyché d’une culture ancienne. Il faut vraiment être littéralement “cultivé” ici pour apprécier au mieux la valeur de cet art. (ce que je n’étais pas moi-même au moment de ma visite ! Et c’était d’ailleurs dommage car je ne savais pas quoi chercher et aussi quoi analyser de mieux). On peut parler d’une approche de l’horticulture originaire de l’ancien Japon. L’horticulture japonaise est un art qui va au-delà de la mise en scène de la verdure, de l’eau et de la roche, mais qui comporte de nombreux signes :

  • Koko – la vénération de l’âge intemporel ;
  • Shizen – l’évitement de l’artificiel ;
  • Yugen, ou obscurité – indique le mystique ou le subtil ;
  • Miegakure – l’évitement de la pleine expression.

La perception de la nature est différente dans la culture japonaise de celle de l’Europe. Au lieu de considérer la nature comme quelque chose à dominer et à modifier selon les critères de beauté établis par l’homme, les Japonais ont établi un lien étroit avec la nature, qu’ils considèrent comme spirituelle, comme un allié pour mettre de la nourriture sur la table et comme un élément de charme en soi. C’est pourquoi les jardins japonais sont la synthèse de la nature en mini plutôt que la modification de la nature comme les jardins européens.

En fait, la conception des jardins japonais provient de la version chinoise. L’histoire remonte à l’an 100 avant J.-C., lorsque l’empereur de Chine, Wu Di, de la dynastie Han, a créé un jardin contenant trois petites îles, ressemblant aux îles des Immortels, qui étaient des êtres divins taoïstes. Un envoyé du Japon l’a vu et a rapporté le concept au Japon, améliorant ainsi les méthodes japonaises existantes.

Comment le jardin Japonais de Monaco a-t-il ete créé ?

Le Jardin Japonais de Monaco a été créé à la demande du Prince Rainier qui a ainsi réalisé un souhait que la Princesse Poise avait partagé de son vivant. Le jardin a été réalisé par l’architecte paysagiste Yasuo Beppu, il a une superficie de 7000 mètres carrés, sa construction a duré 3 ans et il a été inauguré en 1994.

Il y a quelques éléments de détails :

  • La surface du mur (Heï) avec une clôture intermédiaire en bambou (Takégaki) qui représente la délicatesse et aussi la simplicité.
  • La porte principale (Shô-mon).
  • Les lumières en pierre (Tôrô) – chacune ayant des caractéristiques uniques différentes ;.
  • Le lac (Iké) avec de grands poissons dorés qui se balancent.
  • La fontaine en pierre (Fusen-Ishi).
  • La terrasse protégée (Kyukeïjo).
  • Les îles (Shima) – représentent deux animaux domestiques de longue vie – la tortue et aussi la grue, icônes de la complémentarité révélée.
  • La maison de thé (Chatshitsu)- appelée la cour de l’élégance (Ga-én).
  • Le paysage complètement sec (Karésansui) – quintessence de l’Univers.
  • La plate-forme (Azumaya) – une maison sur une colline permettant la vue aux quatre coins.
  • Les chutes (Taki) – représentent l’endurance de l’Homme et de la Nature, contrastant avec l’horizontalité du lac.
  • Le pont rouge incurvé (Taïkobashi) – est rouge, l’ombre du bonheur et est également étroit afin de rendre l’accès à l’île divine plus difficile.

Il y a des oliviers, des cerisiers, des conifères, des azalées, des rhododendrons et des camélias, une verdure variée et riche d’origine méditerranéenne, sud-américaine, australienne, africaine et asiatique, taillée selon la pratique japonaise.

En se promenant dans le Monaco bondé, avec ses rochers, son acier et son verre, on peut découvrir dans le Jardin Japonais un sanctuaire calme et écologique où même la multitude de voyageurs passe inaperçue, errant sur les parcours sinueux, à travers les fourrés de la cour.